Accueil > Littérature > Comptes rendus > Marguerite Yourcenar

Marguerite Yourcenar

vendredi 10 février 2012, par Jean-Louis Millet

Dans chacune des œuvres de Marguerite Yourcenar, y compris celles de la prime jeunesse, il est question de transgressions des idées de l’époque considérée : négation de l’âme donc de dieu, mise en cause de la place centrale de l’homme dans l’univers, pratiques sexuelles, avec l’inceste et l’homosexualité, et relations à la mort avec le suicide.

Dans Anna soror, bref texte de 1925, l’auteur a vingt deux ans, c’est d’un inceste frère sœur dont il est question. Ensuite l’homosexualité sera toujours présente.

Dès Alexis de 1929 avec ses rencontres furtives dans les bas fonds.

Dans la Nouvelle Eurydice de 1931 avec Stanislas et Emmanuel, de façon très allusive.

Dans Le Coup de Grâce de 1939 avec Eric et Conrad, où, là aussi, tout est dans l’allusif.

Dans les Mémoires d’Hadrien de 1951 , l’amour au grand jour d’Hadrien pour Antinoüs et d’autres couples gréco-romains de l’entourage de l’empereur ou de ses prédécesseurs : Achille et Patrocle, Alexandre... et les philosophes grecs.

Dans L’Oeuvre au noir, avec Zénon et Aleï et les autres, mais aussi la Régente des Pays Bas et madame Laodamie. Dans ce livre, il n’est plus seulement fait des allusions. Plusieurs pages sont là pour expliquer le pourquoi. Le comment lui n’est que sous entendu, toujours. Un avortement est évoqué, mais nous sommes déjà en 1968 ! Dans les notes de l’auteur et dans les carnets associés au roman, plusieurs pages sont consacrés à l’homosexualité de Zénon mais aussi à celle d’Hadrien. Au cours de ce texte on trouve cités les exemples de Léonard de Vinci, de Michel-Ange, de Shakespeare

Dans le Denier du rêve de 1971 avec deux couples, Massimo et Carlo, Miss Jones et Gladys.

Dans l’Homme obscur avec Nathanaël et le métis, en 1981 dans lequel des scènes sensuelles hétérosexuelles sont ébauchées. De la même année, une Belle matinée dont le très jeune héros, Lazare, apprenti acteur est voué aux rôles de filles.

Le suicide est présent dans Hadrien, sans passage à l’acte et dans Zénon, avec deux fins choisies.

Dans ses Mémoires, construites comme des reconstitutions historiques dans la forme d’Hadrien, ce qui est mis en avant est toujours la différence, ce qui est hors la norme du temps, ce qui est critique. Par contre sur elle, sa vie, rien...

***

Cette note de lecture est en ligne sur zen évasion dans les Voies du Réel.