Accueil > Littérature > Poèmes > Mutuelle frénésie

Mutuelle frénésie

mardi 17 avril 2012, par Michaël Adam

Dans les écoles, ils ont appris la haine.
Entre les balles, le temps et les espoirs perdus,
Les enfants du paradis jouent dans la Géhenne
Où l’aversion et le sang bouillonnent confondus.

Jérusalem, les vieilles pierres qui t’ont érigée
Sont aujourd’hui brisées pour te lapider,
Jetées par ceux qui refusent de transiger.
De part et d’autre, un beau rêve est dilapidé.

Ici, des gosses cagoulés sont habillés de vert,
Un ruban noir ceint leur front dissimulé,
D’une main assurée ils tiennent un revolver,
De l’autre, ils brandissent une hostilité stimulée.

Là, des gosses frénétiques au visage masqué
Défilent dans la Casbah que le couvre-feu a vidée
Entre les barricades, les souks et les mosquées.
Leurs parents enivrés brandissent leurs folles idées.

Dans les écoles, ils ont appris la haine.
Les uns s’appellent Ali, les autres Elie,
Les balles et les pierres tuent Hussein et Cohen.
Personne ne hurle pour faire cesser cette folie.