Accueil > Littérature > Poèmes > Précipice

Précipice

mercredi 13 juin 2012, par Thierry Cabot

Les fracas du néant font tanguer ma cervelle.
Rien dans le matin gris, ne semble croire au jour.
Un cauchemar lancé comme un Diable qui court,
Piétine de ma foi toute candeur nouvelle.

Poison ! Chaos ! Le monde en chute me rend soûl.
Sans corps ni lieu, je m’éparpille au gré des choses,
Roulant, roulant jusqu’à crier mes nuits moroses
Au bout d’un enfer glauque où le temps se dissout.

***

Poème extrait de La Blessure des Mots.