Accueil > Littérature > Proverbes > Proverbes kurdes

Proverbes kurdes

vendredi 30 septembre 2005, par Chartrand Saint-Louis

« Une bonne réputation vaut tous les sacrifices. Conserve la tienne intacte à n’importe quel prix. »

« Toi qui confies au passant la chair de ton âme, tu te repentiras. »

« Venge-toi sans retard : Ne laisse pas le crime impuni. »

« Redoutez l’eau dormante, elle est plus dangereuse que l’eau vive. »

« Suffis-toi à toi-même et tu seras considéré. »

« La racine peut devenir palme. Notre ennemi ne sera jamais notre ami. »

« Il vaut mieux être mâle un seul jour que femelle dix jours de suite. »

« Dans une maison pleine d’enfants, le diable n’entre pas. »

« Ne t’inquiète pas de la femme que tu vas prendre, mais connais bien sa famille. »

« L’hôte est un envoyé de Dieu. »

« L’ami est l’ami, mais le frère nous est cher. »

« Si l’on accepte une complaisance, il faut déposer son poignard. »

« Ne crains pas de t’enquérir de ce que tu ignores. »

« Soyez braves : on ne meurt qu’une seule fois. »

« Quand le bœuf est tué, les couteaux sont nombreux. »

« Agis ou n’agis pas, mais écarte de toi la crainte. »

« Oublie ta bonne action, Dieu, lui, s’en souviendra. »

« Le doigt long peut manger du miel. »
(L’homme qui travaille réussira)

« Avec un bon cheval, le fouet est inutile. »

« Le renard bavard se laisse toujours prendre au piège. »

« Je mange mon pain sec et je ne bois que de l’eau, mais je ne dois rien à personne. »

« Les gouttes amoncelées finissent par former un lac. »

« Nul animal ne court plus vite que la gazelle, mais jamais elle ne mange plus que ses besoins. »

« Les têtes sont nombreuses, mais bien rare est la tête sur laquelle on peut s’appuyer. »

« Il n’y a pas plus malin que le renard, et pourtant les marchés regorgent de sa peau. »

***

Source : Paul-Marguerite, Lucie et L’Ermir Kamuran Bedir Khan. Proverbes kurdes. Paris : Éditions Berger-Levrault, 1937.