Accueil > Littérature > Poèmes > Adieu ma mère, la terre !

Adieu ma mère, la terre !

mardi 13 décembre 2005, par Jean-Claude St-Louis

Sur l’Autel de la cupidité, on va te sacrifier

C’est le dieu « Argent » qui l’a décidé

Pendant que la minorité (2%) vit dans l’opulence

Et engrange des milliards, à n’en savoir que faire

La grande majorité vit dans l’indigence

Dans des taudis et dans l’indifférence

C’est l’Argent qui l’a voulu : à chacun son destin

C’est le chacun pour soi ; au diable les autres

Seul compte le profit ; c’est la loi du Marché

Pour que vive l’économie, il en faut des pauvres

C’est la Mondialisation ; ils n’ont qu’à travailler

Aux salaires de misère, juste de quoi subsister

Le socialisme est mort ! Vive le capitalisme !

Nous répètent en choeur tous ces économistes

Vendus aux plus offrants, les puissances de l’argent

Pendant qu’un enfant meurt de faim toutes les 7 secondes

On jette la nourriture dans le « grand » monde

Pendant que des crétins signent des traités

Qu’à la moindre occasion, ils vont oublier

La terre étouffe sous des effets de serre

Notre mère se meurt, un peu plus chaque année

On rase les forêts, cent acres à la minute

Seuls des fous suicidaires

Peuvent détruire ainsi les poumons de la terre

On vide les mers, empoisonne les rivières

On massacre les bêtes qui sont pourtant nos frères

Puisque de l’univers, nous sommes mêmes poussières

On pollue les eaux, les sols, l’air

Bientôt la vie ne sera plus qu’éphémère

ADIEU MA MÈRE, LA TERRE !