Accueil > Littérature > Poèmes > Errance

Errance

jeudi 5 octobre 2006, par Jean-Claude St-Louis

Tôt le matin sur des routes familières
Qui traversent champs et boisés
Je pars joyeux, le coeur léger
Le corps enveloppé de lumière

Je vais seul sans rendez-vous
Pour un moment je ne sais où
C’est l’allégresse dans ma poitrine
J’oublie les maux qui ploient l’échine

Je hume dans l’air l’odeur de terre
Je suis heureux et un peu fou
Et je mêle le monde et tout
Dans un bonheur trop éphémère

J’emprunte les pas de mes ancêtres
Je m’enfonce dans les bois sombres
Où l’arbre géant jette son ombre
Parmi les bouleaux et les hêtres

Dans le silence je me recueille
Je me repose et je repars
Suivant mon guide le hasard
Sur des sentiers jonchés de feuilles

Levant les yeux je vois le ciel
Qui brille à travers le feuillage
Je sais que l’âme n’a point d’âge
Dans son cheminement éternel

D’un peu d’orgueil je bombe le torse
Et je contemple l’horizon
Et je voudrais par mes poumons
Boire l’espace, puiser ma force