Accueil > Littérature > Poèmes > Ainsi va le Monde I

Ainsi va le Monde I

lundi 18 février 2008, par Jean-Louis Millet

(sirventés des progrès de l’humanité depuis 1950)*

J’ai vu un Pierre app’lé l’Abbé
contre la misère se croiser.

J’ai vu des hommes parachutés
sur une cuvette assiégée.

J’ai vu Budapest révoltée
Être écrasée par des blindés.

J’ai vu un Grand Timonier
laisser ravager le Passé.

J’ai vu des blancs endimanchés
lyncher à mort un "coloré".

J’ai vu le Klan "enguignolé"
pour tuer en toute impunité.

J’ai vu la gégène activée
par de gentils soldats français.

J’ai vu des colons effarés
de se faire éjecter d’Alger.

J’ai vu les mêmes à l’arrivée
par la patrie abandonnés.

J’ai vu des harkis médaillés
au FLN abandonnés.

J’ai vu un Président tué
par des intérêts financiers.

J’ai vu des divisions blindées
étouffer un Prague Printanier.

J’ai vu des enfants efflanqués
par une famine bien programmée.

J’ai vu dans un stade bien gardé
un poète aux mains tranchées.

J’ai vu des hommes enchaînés
d’hélicoptère en mer jetés.

J’ai vu des bourreaux s’amuser
aux cris de bête des suppliciés.

J’ai vu des journalistes tués
pour avoir voulu témoigner.

J’ai vu Mandela prisonnier
pendant plus de vingt sept années.

J’ai vu un Coluche engagé
aux Restos contraint de penser.

J’ai vu croître et multiplier
ces Restos dits momentanés.

J’ai vu des enfants poings serrés
face à des fusils levés.

J’ai vu des femmes défiler
portant photo d’un être aimé.

J’ai vu de vieux fusils rouillés
se battre contre des blindés.

J’ai vu Sabra martyrisé
par la haine déchaînée.

J’ai vu des Indiens massacrés
pour qu’une route coupe leur forêt.

J’ai vu des pétroliers s’échouer
et les marées noires s’étaler.

J’ai vu un peuple décimé
par des khmers rouges Pol Potisés.

J’ai vu de pauvres affamés
bouffer des rats pour pas crever.

J’ai vu les regards apeurés
de mères derrière des barbelés.

J’ai vu des gurus allumés
et leurs adeptes se suicider.

J’ai vu le napalm enflammer
des campements de réfugiés.

J’ai vu dès les avions passés
des contrées entières défoliées.

J’ai vu tous ces corps mutilés
par des machettes découpés.

J’ai vu les sourires amusés
d’enfants soldats sur-équipés.

J’ai vu un homme très isolé
faire face à un monstre blindé.

J’ai vu une ville dévastée
par de jeunes russes désorientés.

J’ai vu des princes endiamantés
d’enfants esclaves abuser.

J’ai vu des Roms bidonvillés
aux cloaques de nos Belles Cités

J’ai vu dans des cours de récré
de la colle par des mômes sniffée.

J’ai vu Dutroux ce détraqué
sourire aux caméras télé.

J’ai vu un homme enturbanné
prêcher la mort des croisés.

J’ai vu les Jumelles s’effondrer
dans un direct halluciné.

J’ai vu un gymnase soufflé
et plus de trois cent corps couchés.

J’ai vu les ventres ballonnés
d’enfants aux yeux exorbités.

J’ai vu des vivres détournées
par ceux en charge de les donner.

J’ai vu au nom des libertés
plein d’innocents emprisonnés.

J’ai vu la planète polluée
au mépris de l’humanité.

J’ai vu des américains l’armée
deux fois sur l’Irak se jeter.

J’ai vu ces deux guerres justifiées
A coup de mensonges éhontés.

J’ai vu au nom des "Libertés"
les USA se parjurer.

J’ai vu les tôles calcinées
de ces wagons dynamités.

J’ai vu des tankers dégazer
pour du fric économisé.

J’ai vu des hommes au crâne rasé
sortir de cimetières profanés.

J’ai vu les ruines enfumées
de restaurants "kamikasés".

J’ai vu des corps inanimés
traînés par une foule déchaînée.

J’ai vu la rumeur dévaster
la vie de gens innocentés.

J’ai vu des coupables libérés
pour des procédures mal menées.

J’ai vu des hommes encagoulés
trancher la gorge de prisonniers.

J’ai vu une femme soldat geôlier
humilier ceux qu’elle surveillait.

J’ai vu une beurette incendiée
par un p’tit caïd de cité.

J’ai vu des familles mal logées
en totale insalubrité.

J’ai vu des GI’s s’effondrer
en regardant leurs mains souillées.

J’ai vu des enfants travailler
sur des montagnes de déchets.

J’ai vu une jeune mère déprimée
éviscérer son nouveau né.

J’ai vu des mômes tellement paumés
qu’ils foutaient l’feu dans les cités.

J’ai vu à coup d’voitures piègées
au Liban l’syrien s’accrocher.

J’ai vu d’un tsunami l’après
et ses milliards évaporés.

J’ai vu être béatifiés
des suppôts de Franco froqués.

J’ai vu la répression musclée
des bhikkhus birmans révoltés.

J’ai vu Ingrid la séquestrée
au fil de six ans s’étioler.

J’ai vu Butho se faire buter
sitôt chez elle réinstallée.

J’ai vu les kenyans s’entretuer
après s’en être allés voter.

J’ai vu l’prix du baril flamber,
émirs et actionnaires rigoler.

J’ai vu l’coût d’la vie exploser
et la misère se propager.

J’ai vu à Paris sur les quais
les tentes des sdf dressées

J’ai vu l’président divorcé
d’Egypt’ balancer d’la fumée.

J’ai vu des gamines de lycée
d’alcool dès l’matin envapé

J’ai vu... j’ai vu...

J’ai vu tout çà à la télé
le cul collé au canapé.

J’ai vu tout çà à la télé
allais-je petit doigt lever ?

J’ai vu tout çà à la télé
et d’prendre la plume m’suis décidé !

***

*
« Sirventès ---> Cervantes ---> Don Quichotte ---> les
Moulins à Vent... et "Ainsi va le monde..." est bien une façon, certes singulière, de se battre contre les Moulins à Vent qui nous cernent mais c’est mieux que de ne rien faire ! »

Version illustrée sur Zen évasion.