Accueil > Matière à réflexion > Portraits de penseurs > Krishnamurti

Krishnamurti

samedi 30 avril 2005, par Jean-Claude St-Louis

Krishnamurti est né en Inde, le 12 mai 1895. Il est le huitième d’une modeste famille brahmane de dix enfants. Son nom lui fut donné pour rappeler la naissance de Krishna. Sa mère décède alors qu’il n’est âgé que de dix ans. Il est un enfant rêveur et maladif qui n’aime pas particulièrement l’école. Il a cependant un sens aigu du don de soi et est très généreux. Il arrive souvent à l’école sans ardoise, ni livre, ayant tout donné à un enfant plus pauvre que lui. Il rencontre des élèves qui font partie d’une école de théosophie et finit par y être inscrit. Il impressionne fortement, non pas à cause de ses résultats, mais à cause de ses grandes qualités morales. Son éducation est prise en charge par ses supérieurs et il est envoyé à Londres pour étudier à Oxford. Il apprend le français, l’anglais et l’italien qu’il maîtrise parfaitement.

Un Ordre est fondé : « l’Ordre de l’Etoile de l’Orient » dont il prend la tête. Comme il ne reste pas longtemps au même endroit, on le retrouve à Philadelphie où il connaît une crise spirituelle profonde. Il s’éloigne de la théosophie et revient en Inde où il prêche une nouvelle philosophie, non contraignante, dans laquelle figure cette phrase-clef : « La Vérité est un pays sans chemin ». Il préconise l’absence de maître, de disciples, de dogmes et de doctrines. « Chacun de vous est un disciple de la Vérité », dit-il ! « L’être humain n’a rien à chercher, rien à vouloir, rien à attendre et personne à suivre ; il a simplement à être attentif à la vie, à ce qu’elle est à chaque instant ». Il met en garde contre toute parole d’autorité d’un maître, relativement à une éducation dominante.

L’essence de l’enseignement de Krishnamurti est fondée sur le doute et l’épreuve de la réalité personnelle. Dans ses conférences et ses livres, il s’adresse toujours à l’intelligence de l’individu, l’invitant à se découvrir par lui-même. Il lui demande de se créer et non pas d’être un « suiveur » ou un « disciple ». « Faites l’expérience par vous-même » répète-t-il ! « Nous sommes le monde et le monde est nous », « La Vérité n’a pas de chemin » ; l’être humain n’a pas besoin de maître pour comprendre ce qu’est la réalité. Il n’y a pas de méthode, de technique. Il s’agit d’apprendre l’art de voir et d’écouter ce qui est, sans chercher à comparer, imaginer, rationnaliser, accumuler, etc. Pour cela, il n’a pas d’effort à faire. Il a simplement à être là, avec passion, dans un état de présence attentionnée.

Aucune étiquette ne peut s’appliquer à Krishnamurti. Selon ses dires, il n’est ni hindou, ni chrétien, ni musulman, ni athée, ni communiste, ni capitaliste. Il est un simple humain disponible, réceptif et compréhensif. Il nomme cet état : « L’Otherness » ou « L’Autreté ». Dans cette situation, l’humain découvre ce qu’est l’amour-compassion qui saisit la beauté des choses et des êtres et qui comprend le sens de l’empathie.

Krishnamurti a donné une multitude de conférences à travers le monde, particulièrement en Suisse, où des milliers de gens venaient y assister. Il a écrit de nombreux livres dans lesquels il invite sans jamais chercher à convaincre, imposer ou endoctriner. Il est avant tout un sage, avant d’être un psychologue ou un philosophe. Il est surtout profondément humain. Son enseignement procède d’une expérience personnelle de la réalité, d’une vision qu’il nomme : « pénétrante ». Cette expérience ne résulte aucunement d’un savoir acquis, d’un héritage culturel. Il invite les gens à se défaire de leur « conditionnement » et préconise la responsabilité de soi.

Krishnamurti a écrit :

« La vérité ne peut être accumulée. Ce qui est accumulé est toujours détruit, puis se fane et meurt. »

« La vérité ne peut jamais se faner car on ne la croise que d’instant en instant ; dans l’instant de chaque pensée, de chaque relation, de chaque mot, de chaque geste ; l’instant d’un sourire ou d’une larme. »

« La connaissance de soi est le commencement de la sagesse et la fin de la peur. »

À lire de Krishnamurti :

Se libérer du connu (Libération intérieure - Se connaître soi-même - Surmonter sa peur - Découvrir le silence et la plénitude)

Plénitude de la vie - La révolution du silence - Le livre de la méditation et de la vie - Cette lumière en nous - La vraie méditation - La première et dernière liberté - De la vie et de la mort.