Accueil > Littérature > Poèmes > Au fil des jours III

Au fil des jours III

mardi 11 août 2009, par Jean-Louis Millet

Bonds d’une biche
surprise dans les blés verts
un lièvre aussi !

Au loin l’horizon
des espaces infinis
du Pays de Brie

De rares bosquets
marquent les immensités
de blés en herbe.

Le blé en herbe -
La compagnie de corbeaux
sait en profiter !

Filant au nord-est
des nuages menaçants
mais bien moins que toi

À qui ce parfum ?
Blanches vagues de lune
de l’aubépine.

Tout au long des champs
trilles et chuchotements
sous les aubépines.

Princes aux sous bois
se pavanent des orchis.
Orchestre d’oiseaux.

Langueur de l’Oise
endiamantée de soleil -
passe un colvert.

La fumée d’un feu
aux volutes violettes,
odeurs du passé -

Derrière son mur
de meulières déchaussées
la vieille ferme.

Blottie en forêt
une abbaye fortifiée -
c’est Saint Jean aux Bois.

La rue tout en rond
aux maisons de craie blanche
écrin d’abbaye.

Pourpre des hêtres
sous un soleil estival.
Un vieux mur, les champs.

Marguerites au champ
dans un vert vallon ombreux -
dis, t’en souviens-tu ?

Ondule la mer
d’épis d’orge sous le vent,
si pacifique !

Arc formidable
aux pierres millénaires,
ruines de Champlieu.

Ruines romaines,
théâtre millénaire -
coucou dans le bois.

Au vieux théâtre
où vingt siècles contemplent...
soixante marcheurs.

Des eaux séparées
moulin au fond du vallon
montée du sentier.

Odeurs humides
dans la côte d’un sous bois -
ombre propice.

Arbres manchots - dans
un miroir à nuages
se mirent tout beaux.

Étendue des champs,
horizons de collines,
mémoire du cerf.

La vieille ville
veille tous yeux allumés -
Plein feux sur la vie.

Jumbo is landing
at the CDG airport.
Back the holidays.

***

Cette longue série d’Haïkaï - haïku - est en ligne sur zen évasion dans le recueil "au fil des jours".

Ces très brefs textes n’ont aucun lien entre eux si ce n’est qu’ils ont tous été écrits sur l’émotion de l’instant. Ils ne forment donc pas une suite, mais une série d’images.