Accueil > Littérature > Poèmes > Femmes de Lettres

Femmes de Lettres

jeudi 1er avril 2010, par Michaël Adam

Chère compagne de voyage, au métier noble ou infâme,
Que tu sois copine, maîtresse ou épouse, tu es la femme.
Moi qui suis ton ami et qu’injustement tu diffames
Je veux te dédier cet hymne fait de lettres et de mots en FAME :

Avec un D à coudre ou à jouer, tu deviens fade, ou dame,
Sans L c’est le paradis ou l’enfer, avec L - l’Eden ou la lame,
Mais lorsque tu mets tes L, c’est mon coeur que tu enflammes
Si deux M en moins font de toi une fée, je le déclame
J’ôte ton F, charmante fée, et tu deviens mon âme
Lorsque G sous les doigts ta guitare, tu te fais gamme.
Pièce maîtresse, tu C que de mes soupapes tu es la came
Puisque tu n’aimes pas la pluralité, je l’S les autres femmes
Alors, quand tu es l’A, tu m’embrasses et tu m’affames
Et c’est en P qu’avec ton corps de volupté je me pâme
Lorsque je t’M et que tu m’aimes, tu deviens ma femme.

Dame de coeur ou de pique, je suis ton valet, tu es ma trame
Même si tu n’en as pas l’R, tu es mon support et ma rame
Et de A à Z tu es grâce et douceur, de la beauté l’oriflamme
Ma mère, ma fille, ma soeur, mon amie, Eve de rêve, ma femme.