Accueil > Littérature > Livres d’art > Métamorphose du Corps Noir

Métamorphose du Corps Noir

jeudi 13 mai 2010, par Jean-Louis Millet

Métamorphose du Corps Noir

Encres de Jean-Louis Millet, mots de Jean-Claude Tardif.

« Dialogue de gourds strictement dans le noir. Texte à gauche (un texte plus vif, plus haché, qui « crie » plus) et, à droite, des séquences d’illustrations d’anthropo-faciès en décomposition/recomposition. Crue fiction ah, ah, mais je sais maintenant ce qu’ils ont fait de la matérialité, du poisseux, du strident, du sanguinolent. Ils l’ont inscrit dans le texte même ! Ce bouquin traite de la matière, de l’encre, du gorgé de couleur, coloré ou incolore et... de l’œil qui regarde et qui est. Du temps de ma verte jeunesse on aurait dit : inversion dialectique du matériel et du symbolique... C’est comme pour le cyber-bouquin « en personne », en fait, s’il bruisse, si ses pages roulent, c’est qu’on y pense... »
Paul Laurendeau