Accueil > Littérature > Poèmes > Aujourd’hui, le cyanure

Aujourd’hui, le cyanure

lundi 17 mai 2010, par Michaël Adam

Après les marées noires de l’Atlantique,
De la Mer Rouge et de la Baltique
Où plus rien ne bouge entre les écueils,
C’est le bleu du Danube qui porte le deuil.

Le poison des armateurs et des profiteurs
Tue les poissons et les oiseaux migrateurs,
Et dans l’eau polluée des rivières de Hongrie,
Leurs cadavres flottent sous un ciel gris.

Les magnats de l’or d’un monde en déroute
Blanchissent l’argent du cyanure et du mazout
Dans les eaux rougies où peu à peu la vie meurt
Anéantie, massacrée, malheureuse demeure.

Au lieu d’intoxiquer les terres et les mers,
Laissez-nous respirer encore cet air éphémère,
Sans bromure, sans mercure ni cyanure,
Et ne faites pas des rivières des sépultures.

Arrêtez le massacre, s’il en est encore temps.
Laissez à nos enfants les miracles d’antan :
Les hirondelles qui planent et glissent, sereines,
Et les poissons d’argent qui ressemblent aux sirènes.