Accueil > Littérature > Poèmes > Embouteillage

Embouteillage

mercredi 13 octobre 2010, par Thierry Cabot

Dans l’air vicié, le bruit dégueulant sur l’asphalte ;
L’enfer vil de la tôle éructant jusqu’au ciel ;
Des vitres laissant voir, enlaidis par le fiel,
Des visages de mort que jamais rien n’exalte ;

Une mer de capots hurlant, foudre et basalte ;
Partout la fumée âcre au nez pestilentiel ;
Et des milliers de fous, déchus de l’essentiel,
Dont pas un n’ait l’envie au moins de crier : « halte ! »

O cauchemar ! tant d’yeux ! dévorés de soupçons
Au milieu de l’horrible aboiement des klaxons ;
Tous ces cœurs mutilés ! saignant d’un même rêve ;

O quotidien cent fois imbécile et brutal !
Hallucinant décor ! où défilent sans trêve
Des pans de vie entiers reclus dans le métal !