Accueil > Société > Enjeux mondiaux > Évolution ou régression

Évolution ou régression

mardi 4 décembre 2012, par Jean-Claude St-Louis

Lorsque je regarde le monde dans lequel je vis, je me demande s’il évolue réellement. On dirait que plus l’homme évolue au niveau de la science, plus il régresse au niveau de la conscience. On ne peut nier qu’il y a eu de formidables découvertes au cours du vingtième siècle, mais en même temps, il n’y a jamais eu autant de guerres et de génocides. Au niveau des découvertes, citons l’électricité, l’automobile, l’avion, la radio, la télévision, etc. sans oublier les nombreux médicaments qui ont aidé à prolonger la vie.

En même temps que l’humanité faisait un bond spectaculaire au niveau de la technologie et de la science, elle régressait au niveau de la paix et de l’entraide entre humains. Jamais le monde n’a vécu autant de guerres qu’au cours du siècle dernier. En fait, le monde n’a pas connu une seule journée de paix. Les guerres ont fait 231 millions de victimes, au cours du vingtième siècle, selon l’étude de l’Institut néerlandais de relations internationales.

Le dernier siècle a débuté avec la guerre du Congo belge (1900-1908) : 4 millions de victimes. La révolution mexicaine (1909-1916) a suivi avec un million. La guerre civile en Russie (1918-1922) : 12,5 millions. La première guerre mondiale (1914-1918) : 15 millions. Le génocide arménien (1915-1916) : 1,2 million. La deuxième guerre mondiale (1939-1945), la plus cruelle d’entre toutes : 75 millions de victimes. Le génocide chinois (1949-1976) : 46,5 millions. La guerre de Corée (1950-1953) : 3 millions. La guerre du Vietnam (1964-1975) : 3 à 5 millions. Le génocide des Khmers rouges, au Cambodge (1975-1979) : 2,5 millions. La guerre Iran-Irak (1980-1989) : 1,2 million. La guerre du Soudan (1983-2000) : 2 millions, etc. Toutes ces guerres ne comprennent pas les conflits politiques et religieux qui ont fait des millions de morts.

Le siècle actuel

Après un siècle de guerres, de génocides et de barbarie, on aurait pu s’attendre à ce que les hommes comprennent que les guerres ne servent à rien. Même si les ennemis d’hier, exemples : l’Allemagne et le Japon, sont aujourd’hui des amis, les hommes continuent à se faire la guerre. Le présent siècle s’est ouvert avec la guerre du Golfe, qu’on nous a présenté comme un jeu, directement à la télévision. On nous a montré des frappes chirurgicales où on voyait des ponts et des bâtiments voler en éclats, en oubliant les victimes. Pour déclencher cette guerre, les Américains ont fait passer Saddam Hussein pour un monstre. Ils ne disent pas, cependant, que cette guerre a fait 655,000 morts du côté irakien. En réalité, la guerre en Irak a fait, en peu de temps, deux fois plus de victimes que le régime de Saddam Hussein, en 24 ans.

À qui profitent les guerres ?

On peut se poser la question : “Mais à qui profitent les guerres ?” Ne peut-on pas penser que les seuls bénéficiaires des guerres sont les puissantes industries de l’armement ? Ces dernières produisent des armes de plus en plus sophistiquées. Plus ces industries produisent des armes, plus elles incitent les pays à se faire la guerre. Il faut bien écouler les armes actuelles pour faire place aux nouvelles. Si les pays ne trouvent pas d’ennemis réels, ils en créent de toutes pièces ; sinon ils refilent leurs armes à des pays plus pauvres afin qu’ils s’entretuent. On le voit dans des pays d’Afrique où de jeunes enfants sont entraînés à tuer.

Les dépenses militaires dans le monde

Alors que les pays croulent sous les dettes, les gouvernements dépensent sans compter dans l’armement. Les budgets consacrés à la "défense" atteignent des records. Les dépenses militaires dans le monde, pour l’année 2009 seulement, ont représenté 1531 milliards de dollars, soit une augmentation de 49% depuis l’année 2000. De l’année 2000 à l’année 2009, ce sont 9541 milliards de dollars qui ont été consacrés dans la course à l’armement. Ces sommes ne comprennent pas les dépenses pour les armes biologiques, chimiques et nucléaires, lesquelles représentent encore des milliards. Quand donc cette folie des armes va-t-elle s‘arrêter ?

La violence éclate partout

Non seulement les hommes s’entretuent dans des guerres, mais la violence fait partie du quotidien. Alors que le monde se dit "civilisé", il n’y a jamais eu autant de violence. Aux États-Unis seulement, on a compté 30,242 victimes par armes à feu en 2009, dont 10,801 homicides pour une population de 275 millions d’habitants, tandis que l’Union européenne comptait 1260 homicides pour une population de 376 millions d’habitants. Aujourd’hui, on tue pour une poignée de dollars ou suite à une simple altercation. Les gens sont de plus en plus violents.

Conclusion

Que peut-on espérer du siècle actuel ? Toutes ces courses à l’armement ne peuvent conduire qu’à de plus en plus de guerres. La bombe atomique que les Américains ont fait exploser sur Hiroshima, n’a aucune comparaison avec la puissance de la bombe H. Alors qu’il faudrait moins de cent bombes pour détruire toute la vie sur la planète, près de 25,000 bombes nucléaires sont disséminées un peu partout. Il suffirait qu’un fou déclenche les hostilités pour que la terre se transforme en cimetière. On dirait que les humains courent à leur perte avec une insouciance qui frise la folie.

***

L’auteur a pris les statistiques sur Internet, plus précisément sur l’Étude de l’Institut néerlandais de relations internationales, concernant les guerres. Cette étude est accessible à tous.