Accueil > Société > Enjeux mondiaux > Pauvreté et mondialisation

Pauvreté et mondialisation

dimanche 20 novembre 2005, par Jean-Claude St-Louis

En lisant un article d’une économiste sur le sujet ci-haut mentionné, et paru dans le Journal de Montréal, en date du 16 novembre 2005, j’ai eu la réflexion suivante : « Mon Dieu ! si c’est ça la « pensée » des économistes, je vous en supplie : Sauvez-nous des économistes ! » Ainsi donc, selon cette dame, la mondialisation serait notre « Sauveur » ; une sorte de « main de Dieu » qui viendrait sauver le monde de la misère et de la pauvreté. Ce que cette femme ne dit pas, c’est que la mondialisation ne profite qu’aux riches. Pendant que 80 % de la population mondiale s’appauvrit de plus en plus, 20% de cette population s’enrichit honteusement. Ce sont les Puissances de l’argent qui contrôlent le monde et la mondialisation est le moyen le plus efficace pour accroître leurs richesses.

Que font les multinationales, les véritables maîtres du monde, avec la mondialisation ? Elles vont installer leurs pénates dans les pays les plus pauvres, afin de bénéficier d’une main d’oeuvre à bon marché et ne pas payer d’impôts. Évidemment qu’elles créent de l’emploi dans ces pays pauvres. En contrepartie, elles créent du chômage dans les pays industrialisés qui ont largement contribué à leur enrichissement , par des subventions, des prêts sans intérêt, etc. Croyez-vous que ces géants baissent leurs prix en s’installant dans les pays pauvres ? Aucunement ! Ils aident, il est vrai, les plus pauvres à sortir de la misère, en créant des emplois, mais croyez-vous que ces petites gens pourront se payer leurs produits avec les salaires de famine quelles reçoivent ? Il se produit actuellement un nivellement par le bas dans le monde. La classe moyenne des pays riches, s’appauvrit de plus en plus, en voyant ses revenus ne plus suivre l’augmentation du coût de la vie, tandis que les Puissants s’enrichissent en engrangeant des milliards.

Quand je vois des économistes de la trempe de cette dame, vanter les mérites de la mondialisation et tenter de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, j’enrage littéralement ! Cette dame oublie une chose très importante : C’est le pouvoir d’achat des individus qui fait tourner la roue de l’économie. C’est ça le vrai moteur ! Les multinationales font leur argent en vendant leurs produits, c’est la base même de leur réussite. Lorsqu’une multinationale comme Nike, installe ses pénates dans un pays pauvre et qu’elle paie des salaires de misère, croyez-vous qu’elle vend ses souliers à cent dollars la paire, à ses petits salariés ? Certainement pas ! Elle les vend dans des pays riches où les gens ont les moyens de se les procurer.

Qu’arrive-t-il quand les multinationales s’installent dans des pays pauvres ? Elles augmentent considérablement leurs profits, c’est un fait indéniable. Elles créent un semblant de richesse dans ces pays pauvres, en créant des emplois sous-payés, c’est également un fait. Mais durant ce temps, le chômage augmente dans les pays dits « riches » ; les salaires diminuent car ils ne peuvent être concurrentiels et graduellement la classe moyenne rejoint la cohorte grandissante des chômeurs, assistés sociaux, miséreux, exclus, etc.

Quelle est l’avenir des multinationales assoiffées de profits ? Elles verront éventuellement leurs ventes diminuer, car il y aura de moins en moins de gens en mesure d’acheter leurs produits. Dans les premiers temps, elles réagiront, comme elles le font actuellement, en congédiant massivement. Pour combien de temps pourront-elles le faire ? En agissant comme elles le font et en s’installant dans les pays pauvres pour obtenir du « cheap labor » et ne pas payer d’impôts, les multinationales se « tirent » dans le pied. Elles ne pourront survivre, tout comme un système pyramidal ne peut survivre. La « tête » ne peut s’enrichir éternellement au détriment de la base. Arrive un moment où les « poires » viennent à manquer, et ça les économistes de la trempe de cette dame, ne le réalisent pas ! Quelle pitié !