Accueil > Matière à réflexion > Généralités > Le chaos et l’harmonie

Le chaos et l’harmonie

mercredi 15 octobre 2008, par Jean-Claude St-Louis

Beaucoup de gens seraient consternés d’apprendre que la vie n’origine pas uniquement de l’harmonie, mais plutôt du chaos et de l’harmonie. L’unité parfaite, la perfection absolue, seraient synonymes de stérilité. Un univers parfait aurait été possible, mais il aurait été tout à fait morne. Un tel univers n’aurait pu héberger, ni le chant des oiseaux, ni le parfum des fleurs. Il n’aurait pu engendrer une conscience humaine capable de se poser des questions sur la vie. Dans un monde parfait, nous n’aurions pu exister.

Cette importance des imperfections, nous la retrouvons dans tous les domaines, depuis la physique jusqu’à la biologie, en passant par les mathématiques. Les imperfections sont, non seulement utiles, mais nécessaires. Les menues erreurs, les légers défauts, les impuretés minuscules, les infimes exceptions, sont indispensables au bon fonctionnement de la vie. Sans l’ajout d’impuretés dans les cristaux de silicium et de germanium dont sont faits les transistors, nous ne pourrions écouter nos stations de radio favorites.

Si la matière vivante était une machine parfaite, programmée pour se reproduire à l’infini, sans la moindre variation, la vie n’aurait pu évoluer. C’est grâce à des imperfections de reproduction que des structures nouvelles sont apparues et que la vie a pu évoluer. Les imperfections de la duplication génétique sont à l’origine de l’extraordinaire richesse et de la variété des espèces végétales et animales qui peuplent nos écosystèmes.

L’histoire de l’univers est faite d’une série de symétries brisées et d’imperfections contrôlées. C’est cette imperfection dans la perfection qui permet que nous existions et que la nuit soit constellée d’étoiles. Le monde est vibrant de couleurs, mais aussi rempli de bruits et de fureur. Le vent nous caresse la joue, mais il peut apporter la dévastation ; les vagues de la mer nous bercent, mais elles peuvent se déchaîner ; le soleil nous réchauffe, mais il peut être synonyme de mort, etc.

Si toute cette beauté qui nous entoure est possible, c’est que les forces de l’univers sont au nombre de quatre : a) la force de gravité qui a rassemblé la matière autour des graines de galaxies pour qu’elles forment des étoiles ; b) la force nucléaire qui, en liant neutrons et protons en noyaux d’atomes, a permis la naissance de la matière ; c) la force électromagnétique qui, en liant atomes et molécules, a permis l’émergence de la double hélice enchevêtrée de l’ADN et de la vie ; d) la force faible qui est responsable des réactions nucléaires qui alimentent le feu des étoiles, incluant le soleil.

Le chaos et l’harmonie sont donc indispensables à la vie et les deux sont étroitement liés.

***

Sources :

Hawking, Stephen. Trous noirs et bébés univers : et autres essais ; traduit par René Lambert. Paris : Odile Jacob, 2000, 205 p. (cote Dewey : 523.1 H392b.FL 2000) (ISBN : 2738107931)

Hawking, Stephen et Roger Penrose. La nature de l’espace et du temps ; tradruit par Françoise Balibar ; présentation par Marc Lachièze-Rey. Paris : Gallimard, 2003, c1997, 212 p. (cote Dewey : 530.11 H392n) (ISBN : 207042927X)

Trinh, Xuan Thuan. Le chaos et l’harmonie : la fabrication du réel. Paris : Gallimard, 2000, c1998, 603 p. (cote Dewey : 003.857 T833c 2000) (ISBN : 2070413705)